Retour

Pyrotechnie et effets spéciaux, The Chainsmokers offre un concert explosif à Québec

Les festivaliers étaient venus danser en grand nombre sur les plaines d'Abraham mercredi et ils n'ont pas été déçus. Le duo américain, The Chainsmokers, leur a offert un concert survolté et visuellement impressionnant.

Un texte d’Anne-Josée Cameron

Les premières notes de Sick Boy ont retenti avant qu’on ne voie The Chainsmokers entrer sur scène évoluant entre les éclairages stroboscopiques, les effets de lumière et de fumée. Le ton était donné, les Américains allaient nous en mettre plein la vue.

Estimé par certains comme le duo de DJ le plus prometteur de l’heure, Andrew Taggart et Alex Pall, The Chainsmokers, ont créé, depuis 2012, un son qui allie electro, indie, pop et hip-hop.

À la fois producteurs, auteurs et compositeurs, les deux Américains élargissent de plus en plus leur terrain de jeu musical, ne se contentant pas simplement de reprendre et de remodeler les chansons des autres. La création de la chanson Closer qu’ils ont écrite, arrangée et même chantée (Andrew Taggart interprète lui-même la chanson avec la chanteuse Halsey) témoigne bien de cette évolution.

Sur scène leur son est plus brut, les éloignant ainsi d’une banale reprise sans saveur de leurs pièces. Si des pièces comme Don't Let Me Down ou encore Roses sont bien rendues, celles interprétées en début par Andrew Taggart n’ont pas toutes été réussies. Le DJ désormais chanteur a mis du temps à placer sa voix.

Mentionnons cependant que tout semblait rentrer dans l’ordre lorsqu’ont été entonnés les grands succès de la formation comme Paris, Closer ou Something Just Like This.

Impressionnés par les dizaines de milliers de spectateurs qui dansaient à leurs pieds, les DJ s’en sont donné à cœur joie, offrant des pièces de tous leurs albums, revisitant le temps de quelques notes des pièces comme Shout des Isley Brothers ou encore What Is Love de Haddaway. Mais, c’est sans doute le réarrangement de Zombie des Cranberries en fin de spectacle qui a le plus galvanisé la foule.

Époustouflant visuellement

Très énergique, The Chainsmokers occupe l’immense scène avec aisance. Il faut dire qu’ils sont munis d’un très impressionnant dispositif scénique. Lasers virevoltants, effets pyrotechniques à répétitions, éclairages stroboscopiques et décibels hurlants entraînent rapidement le spectateur dans un état proche de la transe. Des écrans géants sur les côtés, derrière et devant la scène accentuent l’effet de proximité avec la foule.

Les projections vidéos sont également fantastiques, alliant extraits de films en noir et blanc et des extraits vidéos complètement futuristes. On a parfois l’impression que les DJ sont au fin fond d’une ruelle malfamée ou alors carrément sur le pont de Brooklyn.

Le concert s’est terminé dans l’apothéose sous une pluie de confettis et de feux d’artifice.

L’étonnement de Tory Lanez

Le rappeur canadien Tory Lanez est entré en scène ne semblant pas trop savoir où il était, demandant le nom de la ville et le nom du festival où il se produisait.

Il est rapidement passé de l’apathie à l’excitation quand il a pris conscience de la foule qui se trouvait devant lui. Emballé à la vue de tous ces gens, il a entrepris de se rendre au fond des Plaines tout en chantant et en faisant du body surfing, ce qu’il a presque réussi, pour le plus grand plaisir de ses jeunes admirateurs qui l’ont photographié au passage.

Changement de registre demain soir avec la venue de Beck, l’un des concerts les plus attendus du Festival cette année.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York