Retour

Amazon et Seattle à couteaux tirés sur une taxe pour contrer l'itinérance

La Ville de Seattle veut forcer les grandes compagnies installées sur son territoire, qui ont des revenus bruts de plus de 20 millions de dollars, à contribuer à la lutte contre l'itinérance. Amazon, qui a son siège social dans cette ville, où elle emploie plus de 40 000 personnes, s'y oppose catégoriquement.

Le géant du commerce en ligne menace de suspendre son expansion dans cette ville du nord-ouest des États-Unis si le conseil municipal adopte, lundi prochain, cette taxe qui obligerait les grandes entreprises à payer 26 ¢ par heure, par employé. Une taxe qui équivaut à 500 $ par employé, par année.

Amazon a annoncé qu'elle mettrait fin à la construction d'un nouvel immeuble qu'elle prévoyait ériger au centre-ville et qu'elle reconsidérerait l'occupation d'un autre qui est déjà en construction, ce qui mettrait en péril au moins 7000 emplois.

Cette décision a surpris les responsables de la Ville et les promoteurs.

« Je suis profondément préoccupé par l'impact que cette décision aura sur un large éventail d'emplois – de nos métiers de la construction, aux travailleurs de la restauration, en passant par les infirmières, les emplois manufacturiers et les travailleurs de la technologie », a confié au New York Times la mairesse démocrate Jenny Durkan.

Seattle vise ainsi à récolter quelque 75 millions de dollars, ce qui lui permettrait de construire des logements abordables. La première entreprise visée par cette taxe est Amazon, la plus importante entreprise de Seattle, qui occupe actuellement à elle seule plus de 20 % de tous les espaces de bureaux de la ville.

Si cette taxe est approuvée lundi, elle en coûtera 20 millions de dollars annuellement à Amazon. « Un mauvais message à envoyer aux entreprises », soutient le géant américain.

Pourquoi cette taxe?

Le problème d'itinérance s'est aggravé à Seattle depuis cinq ans, où l'on compte environ 10 000 sans-abris. Aujourd'hui, Seattle est devenue la ville américaine qui abrite le plus grand nombre de sièges sociaux d'importantes sociétés, qui offrent de bons salaires et qui ont contribué indirectement à la hausse vertigineuse des prix du logement dans les dernières années.

L’homme d’affaires Jon Lisbin réplique que les géants comme Amazon, Costco ou encore Starbucks sont en partie responsables de la crise du logement abordable et de l’augmentation du nombre de sans-abris. Ils devraient donc jouer un rôle plus important pour enrayer ces fléaux sociaux, selon lui.

Amazon n’est pas la seule entreprise qui s’oppose à la taxe voulue par la Ville. Une centaine de sociétés ont signé mercredi une lettre ouverte adressée au conseil municipal l’exhortant à ne pas approuver cette taxe.

Le quotidien Seattle Times a également pris position en soulignant que la Ville a déjà beaucoup investi pour contrer l’itinérance.

Deux rapports concluent qu'il faut élaborer une stratégie cohérente de lutte à l'itinérance avant d'injecter plus d'argent à Seattle. Un troisième rapport, publié mercredi conclut, lui, que malgré les inefficacités du système, le problème est tellement grave qu'il faudrait que le comté de King et Seattle doublent leur budget annuel pour endiguer le problème.

Selon le Seattle Times, un rapport indépendant de la firme McKinsey & Company indique que le comté de King devrait dépenser annuellement 400 millions de dollars afin d'endiguer la crise des sans-abris.

Le comité des finances de la Ville a voté en faveur de cette taxe vendredi après-midi. Le dernier mot appartient au conseil municipal, qui se prononcera lundi.

Avec les informations de Dominique Arnoldi

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York