Retour

Ebola en RDC : l'OMS se prépare « à tous les scénarios, y compris au pire »

Le risque de propagation de l'épidémie d'Ebola qui s'est déclarée dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC) est « élevé » estime l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui dit se préparer au « pire des scénarios ». L'agence onusienne enverra des vaccins dans le pays.

Selon l’agence onusienne, 32 cas – 2 confirmés, 18 probables et 12 suspects – ont été signalés entre le 4 avril et le 9 mai dans la région de Bikoro, située dans la forêt équatoriale, non loin de la frontière avec le Congo-Brazzaville.

Dix-huit de ces personnes sont mortes, a précisé le directeur du Programme de gestion des situations d'urgence de l'OMS, Peter Salama, lors d'un point de presse tenu vendredi à Genève.

Qui plus est, 3 de ces 32 cas sont des membres du personnel soignant, a-t-il indiqué, ce qui préoccupe fortement l'OMS, car de tels cas peuvent avoir un rôle « d'amplificateur » de l'épidémie.

M. Salama dit craindre particulièrement que l'épidémie n'atteigne la ville de Mbandaka, située à une centaine de kilomètres au nord de Bikoro, qui compte 1 million d'habitants.

« Si l'Ebola atteint une ville de cette taille, nous allons avoir une épidémie majeure en zone urbaine, et ce sera un réel défi », affirme-t-il.

Des vaccins expérimentaux seront acheminés

Le directeur général de l’OMS, Tedros Ghebreyesus, a pour sa part annoncé sur Twitter qu’il s’est entendu avec le ministre congolais de la Santé pour expédier vers ce pays des vaccins contre le virus Ebola « le plus rapidement possible ».

Il n'existe aucun traitement spécifique contre l'Ebola à l'heure actuelle. Le nouveau vaccin expérimental qui sera expédié en RDC semble très efficace, mais il n'est disponible qu'en quantités limitées pour le moment.

À ce jour, l'épidémie d’Ebola « semble être géographiquement limitée » dans une « région éloignée », souligne l'OMS dans un bulletin.

L'OMS a envoyé des épidémiologistes sur place pour évaluer l'ampleur de l'épidémie, attribuable à la souche Zaïre.

Au niveau régional, neuf pays voisins ont été mis en « état d'alerte » par l’OMS et le risque de propagation a été jugé « élevé » pour la République centrafricaine et la République du Congo, en raison de leur proximité avec le fleuve Congo.

Une neuvième épidémie en RDC

Il s’agit de la neuvième épidémie d’Ebola à sévir en RDC depuis la découverte du virus, en 1976. La rivière Ebola, qui coule dans l’est du pays, a donné son nom à la maladie.

La dernière épidémie d’Ebola en RDC était survenue en 2017 dans une zone très enclavée du nord-est du pays. Rapidement circonscrite, elle avait fait quatre morts sur les huit personnes infectées.

Entre 2013 et 2016, une terrible épidémie d’Ebola avait frappé l’Afrique de l’Ouest, causant plus de 11 300 morts en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Le virus Ebola se transmet par contact avec les fluides corporels d'une personne infectée. Sans mesures préventives, il peut se propager très rapidement et s'avère mortel dans 90 % des cas.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine